Bilan

Neuchâtel


Le Locle

Bilan de législature

Neuchâtel (2016-2020)

Les élu·e·s de solidaritéS ont participé activement au groupe PopVertSol du Conseil général et ont réussi à faire aboutir plusieurs propositions de notre programme, que ce soit des aspects féministes, anticapitalistes, antiracistes ou écologiste. Quelques exemples :

Le 13 mars 2017 le Conseil général accepte un projet d’arrêté présenté au nom du groupe PopVertSol par Marion Zwygart (solidaritéS) pour instaurer en Ville de Neuchâtel « une politique active et volontariste de prévention du harcèlement de rue ». Cet arrêté, issu du groupe « Stop harcèlement » créé par solidaritéS en 2016, détaille les actions à mener au sein de la Commune et dans les différents services, et précise que cette politique doit être développée en lien avec la société civile. Fort de cette obligation, le Conseil Communal a nommé une responsable chargée d’organiser notamment des campagnes de sensibilisation, mais aussi des journées de formation dans le domaine de la sécurité, de l’éducation des enfants et des jeunes, et du personnel des différents services.

Le 7 septembre 2018, suite notamment à une interpellation du groupe PopVertSol demandant l’ajout d’une plaque explicative sur les monuments dans l’espace public faisant mention du Neuchâtelois Louis Agassiz, un théoricien du racisme notoire au 19ème siècle, la Ville débaptise « l’Espace Louis-Agassiz » situé à la faculté des Lettre de l’Université de Neuchâtel, pour le renommer « Espace Tilo Frey », du nom de la première femme noire ayant siégé au Conseil national.

Le 29 octobre 2018 nous avons également pris une part active dans l’acceptation d’une motion émanant d’un autre groupe demandant au Conseil communal d’étudier la possibilité de supprimer la publicité commerciale dans l’espace public.

Le 9 septembre 2019, une motion du groupe PopVertSol demandant de réduire le trafic motorisé de 5% par ans sur le territoire de la Ville de Neuchâtel a été acceptée par le Conseil général.

Enfin, le 29 juin 2020, un nouvel aménagement des Jeunes Rives est accepté par le Conseil général. Grâce à un amendement proposé par Dimitri Paratte (solidaritéS), nous obtenons dans le cadre de ces travaux la suppression du parking des Jeunes Rives.

Si les élu·e·s solidaritéS sont une force de proposition au Conseil général, ils et elles sont également très attentifs·ves à un aspect essentiel de leur travail d’élu·e·s : être le relai de luttes et mobilisations populaires au sein de la démocratie institutionnelle. Ainsi ils et elles ont permis de rendre visible au niveau du législatif, les luttes et revendications de plusieurs collectifs, notamment SUGUS, l’Amar, Collectif Action Palestine, la Grève pour le climat ou la Grève féministe.

Bilan de législature Le Locle (2016-2020)

Après mon installation au Locle en 2013, le Parti ouvrier et populaire (POP) m’a sollicité en 2014 pour occuper un siège vacant au Conseil général (il n’avait plus de « viennent-ensuite » à disposition) pour la fin de la législature 2012-2016. Après concertation avec le bureau de solidaritéS-NE, j’ai accepté cette proposition. J’ai été élu en 2016 sur la liste du POP (et me présente à nouveau cette année), tout en gardant mon indépendance.

Durant la législature 2016-2020, la situation des finances locloises s’est dégradée : baisse du rendement fiscal des entreprises (conjoncture économique et contre-réforme fiscale cantonale). D’où certaines mesures et propositions discutables présentées lors de l’élaboration des divers budgets.

Un budget n’est acceptable qu’aux conditions suivantes : pas de mesures salariales concernant le personnel, pas d’attaques aux prestations sociales de la commune et contre des institutions socialement ou culturellement utiles. En 2016 et en 2019, j’ai refusé les budgets 2017 et 2020 : ils n’octroyaient pas les échelons automatiques aux employé.e.s de la ville.

2017 : participation à la défense de la crèche communale, dont la fermeture était prévue au budget 2018.

2018 : participation à la défense de la Musique scolaire, dont la suppression était prévue au budget 2019.

Dans ces deux cas, grâce à la mobilisation des milieux concernés (parents et personnel de la crèche, membres et ami.e.s de la Musique scolaire), ces mesures n’ont finalement pas été prises.

2016 : participation au dépôt d’une résolution (acceptée par une majorité du Conseil général) pour déclarer la ville du Locle « zone anti-TISA » .

2018 : participation au dépôt d’une résolution dénonçant l’assassinat de Marielle Franco (conseillère municipale PSOL à Rio de Janeiro).
Ces deux résolutions furent acceptées par le POP, le PS, les Verts, avec l’opposition du PLR.

Hans-Peter Renk, conseiller général.